NEWS

11 months ago
21
  November
2018

 

Les travaux du 11ème Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA) ont été bouclés le dimanche 18 novembre 2018 à Addis Abeba sur une note de satisfaction.

Des Décisions majeures ont été prises dans le sens de la Réforme institutionnelle de l'organisation.

S.E Paul Kagamé, Président de la République du Rwanda, Président en exercice de l’Union africaine, chargé par ses pairs en 2016 de conduire les réflexions sur la Réforme de l’Union, avait prononcé le discours de clôture de la 11e session extraordinaire consacrée à la Réforme institutionnelle.

Pour le Président Kagame, la Réforme qui va bientôt entrer dans sa phase active permet de disposer d’une Commission hautement capable, dans quelques années, de lancer le Continent dans une trajectoire de grandes performances.

Cette Réforme, dira-t-il, s’inscrit dans la perspective de la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine qui se résume en une Afrique intégrée, prospère et en paix, dirigée par ses propres enfants et représentant une force sur la scène internationale.

Le Président Kagamé reconnait que la Réforme n’est pas une fin en soi, elle ne vaudra que par sa mise en œuvre efficiente. C’est pourquoi il a invité ses pairs à se l’approprier et à travailler dans un esprit de concertation pour finaliser les points toujours en réflexion.

Ci-dessous un résumé des décisions majeurs prises à l’issue des travaux :

SUR LA STRUCTURE ET LES PORTEFEUILLES DU DIRIGEANT DE LA COMMISSION 

L'Assemblée a décidé que la nouvelle structure de la Commission de l'Union Africaine passe de dix (10) à huit (8) membres, à savoir: le président, le vice-président et six (6) commissaires.

Les portefeuilles des commissaires seront désormais les suivants : 
1- Agriculture, développement rural, économie bleue et environnement durable ; 
2- Développement économique, commerce et industrie et mines ; 
3- Éducation, science, technologie et innovation ; 
4- Infrastructures et énergie ; 
5- Affaires politiques, paix et sécurité ;
6- Santé, affaires humanitaires et développement social ;
Cette décision entre en vigueur à la fin du mandat actuel de la Commission en 2021. 

SUR LE CHOIX DES HAUTS RESPONSABLES

Le processus de sélection des hauts responsables de la Commission doit tenir compte des principes fondamentaux ci-après : la représentation régionale équitable et la parité hommes-femmes ; la rotation inter et intra régionale suivant l'ordre alphabétique anglais à appliquer à chaque poste de direction ; la direction et la gestion responsables et efficaces ; une sélection transparente et fondée sur le mérite.

Le principe de la parité hommes-femmes par rotation est appliqué aux postes de président et de vice-président, en veillant à ce que, si le président est un homme, le vice-président soit une femme et inversement. 
Les six (6) postes de commissaires doivent être répartis également entre les hommes et les femmes et dans les trois régions qui ne sont pas représentées au niveau des présidents et des vice-présidents.

Les régions dont les candidats sont élus au poste de président ou de vice-président ne sont pas éligibles pour les six autres postes de commissaires.
L’Assemblée a constitué un groupe d’éminents Africains, composé de cinq (5) personnalités éminentes, une par région, chargé de superviser la présélection des candidatures des hauts responsables de la Commission.

SUR L'ÉLECTION DU PRÉSIDENT ET DU VICE-PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DE L'UA  

L'Assemblée a décidé, entre autres, de modifier l'article 38 du Règlement de l'Assemblée de l'UA relatif à l'élection du président et du vice-président, comme suit: 
« L’Assemblée élit son président et son suppléant au scrutin secret à la majorité des deux tiers des États membres habiles à voter. Le président de la Commission et son suppléant sont des femmes ou des hommes compétents possédant une expérience confirmée dans le domaine concerné, des qualités de leadership appropriées et une bonne réputation au sein du gouvernement, du parlement, des organisations internationales ou d'autres secteurs pertinents de la société. Le processus de sélection doit garantir la nomination du meilleur candidat possible, incarnant les normes les plus élevées d'efficacité, de compétence et d'intégrité, ainsi que démontrer un ferme engagement envers le panafricanisme et les objectifs, principes et valeurs de l'UA, des capacités de gestion éprouvées, une vaste expérience dans les relations internationales et solides compétences diplomatiques et de communication. »
L’Assemblée a chargé la Commission d’aligner tous les instruments juridiques pertinents d’ici à février 2019 et a également décidé de renforcer la transparence et la méritocratie du processus de sélection en cours.

SUR L'ÉLECTION DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION DE L'UA

L'Assemblée a décidé, entre autres, que l'article 13 du Statut de la Commission serait modifié comme suit: 
"Une évaluation des compétences et la présélection des candidats seront effectuées par un groupe de haut niveau composé d'éminents Africains (1 par région) assistés par une société africaine indépendante afin de générer un groupe classé de candidats pré-qualifiés nommés par les régions de l'UA concernées, à partir desquels les commissaires sont élus et nommés par le conseil exécutif. Les candidats doivent être évalués par le biais d'un examen initial des candidatures et des CV. Les candidats présélectionnés seront invités à une évaluation pour évaluer les candidats par rapport aux critères de compétences et de compétences établis pour les postes de direction."
L’Assemblée a enjoint à la Commission d’aligner tous les instruments juridiques pertinents d’ici février 2019.

SUR LE MANDAT DE L'AGENCE DE DÉVELOPPEMENT DE L'UNION AFRICAINE 

Ce point faisait référence à la décision Assembly / AU / Dec.635 (XXV | ll) sur la réforme de l'Union africaine de janvier 2017, qui proposait la transformation de l'Agence de planification et de coordination du NEPAD (APNC). ) à l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA). À cet égard, l'Assemblée a approuvé le mandat de l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA) comme suit: coordonner et exécuter des projets régionaux et continentaux prioritaires en vue de promouvoir l'intégration régionale en vue de la réalisation accélérée de l'Agenda 2063; renforcer les capacités des États membres de l'Union africaine et des organismes régionaux; faire progresser le soutien consultatif basé sur les connaissances, entreprendre toute la mobilisation des ressources et servir d’interface technique du continent avec tous les acteurs et partenaires de développement de l’Afrique.
L'Assemblée a appelé à la conclusion d'un accord de pays hôte permanent de l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA) avec le gouvernement de la République sud-africaine.

SUR LA RÉFORME INSTITUTIONNELLE DU MÉCANISME AFRICAIN D'ÉVALUATION PAR LES PAIRS (MAEP)

Ce point concernait, entre autres décisions, l'Assemblée / AU / Dec.635 (XXVIII) adoptée par la 28ème session ordinaire de l'Union des assemblées tenue à Addis-Abeba, à l'issue de la Retraite de l'Assemblée de l'Union africaine sur la réforme institutionnelle de l'UA, qui a déclaré que le Mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP) devrait être renforcé pour suivre la mise en œuvre et superviser le suivi et l'évaluation dans les principaux domaines de gouvernance du continent. 

Il a demandé à la Commission de l'UA de s'assurer que le forum du MAEP soit alloué et dispose de suffisamment de temps pour traiter pleinement son agenda. L'Assemblée a décidé d'intégrer le budget du MAEP dans le budget statutaire de l'Union financé par les États membres.

AUTRES DÉCISIONS

L’Assemblée a également pris des décisions sur le régime de sanctions de l’UA pour non-paiement de contributions. D'autres décisions ont été prises sur : la fin du mandat du président et du vice-président de la Commission, l’amélioration de la gestion de la performance au niveau de la haute direction de la Commission, les réformes administratives et financières, l’établissement d’une division efficace du travail entre l'Union africaine, les communautés économiques régionales, les États membres et les organisations continentales, le barème des contributions et des contributions de l'Union africaine.

Par Chancelle BILAMPASSI MOUTSATI

 


<- Back to all NEWS